coaching-montelimar.com - le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La crise, un atout (1ere partie)

Bulle

TEXTE EN 3 PARTIES.
(1ère partie)

✔ Rien n'est bon ni mauvais en soi..

Le monde extérieur est ce qu'il est et nous n'y pouvons pas grand chose... Par contre, il n'en est pas de même concernant la qualité de notre monde intérieur qui, elle, dépend exclusivement de nous !

Rien de ce que nous vivons n'est ni bon ni mauvais en soi, c'est seulement la vision que nous avons de certains événements et surtout la manière dont nous les abordons qui influencent, positivement ou négativement, le cours de notre propre vie.

Autant le savoir : rien n'arrive par hasard, le bon comme le moins bon. Tout le monde aspire au meilleur et pourtant, même les choses les plus désagréables à vivre peuvent se révéler, à long terme et contre toute attente, forts utiles pour atteindre le bien-être. Tout ce qui nous est donné de vivre (y compris le pire) peut donc devenir un atout pour peu qu'on sache l'aborder avec philosophie. Autrement dit, il ne faut pas interpréter trop vite ce qui vient à nous mais l'accueillir avec recul, à défaut de sérénité, pour être en mesure d'en tirer profit. (Voir à ce propos le conte chinois : Qu'en sais-tu ?)

Pourtant, si l'on en croit les économistes, les politiques et les médias, en cette période de "crise", le contexte actuel n'est pas propice à l'épanouissement. Il y est même franchement hostile... La situation est critique, l'horizon est bouché, la rigueur s'impose. Toutes ces nouvelles ne sont pas vraiment réjouissantes...

De ce fait, nous laissant envahir par toutes ces annonces, nous appréhendons l'avenir et finissons par nous révolter face à que qui se passe autour de nous, partout en Europe.

En effet, impuissants à agir sur les événements pour changer ce qui ne va pas nous croyons que, prisonniers d'un système pervers et contre lequel nous ne pouvons rien, nous n'avons aucune chance de pouvoir en sortir indemne...

Et si, contrairement à l'apparence, cette crise était en fait un tremplin voire même un formidable atout ?

Il est clair que nous ne pouvons intervenir de quelle que manière que ce soit sur le monde extérieur mais, par contre, nous avons tout pouvoir sur notre monde intérieur ! Alors, pourquoi baisser si vite les bras et, adhérant à l'esprit ambiant, partir vaincus d'avance ?
Je reconnais que quand on est soi-même pris dans la tourmente, ce n'est pas forcément un point de vue facile à admettre d'emblée ! Et pourtant....
Changer sa vision des choses, même dans les pires moments, est possible pour peu qu'on accepte de remettre en question certaines croyances (en l'occurrence, les idées véhiculées par les politiques et les médias et reprises en choeur par la plupart d'entre nous).
Il ne s'agit pas de transformer la réalité et de vivre dans l'illusion ("tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil") mais de changer simplement la perception qu'on en a. Autrement dit, la crise est une réalité que l'on ne peut contester mais, est-ce réellement notre réalité ?
Tout le monde connaît l'histoire du verre à moitié vide ou du verre à moitié plein...

Pour lire la suite... La crise, et si c'était un moteur d'évolution ?

✦ Pour lire d'autres articles cliquer ICI puis rubrique "PAGE"

(© Christine Coulon - novembre 2011)
J'autorise la reproduction partielle ou intégrale de cet article exclusivement à des fins non commerciales, sous réserve qu'aucune modification ne soit apportée au texte initial et que mon nom Christine COULON ainsi que l'adresse de mon blog (http://blog.coaching-montelimar.com) figurent de façon lisible au bas de toute reproduction.

Votre avis m'intéresse !
Bande bleuPour me contacter(par e-mail) : contact@coaching-montelimar.com
Retrouvez-moi aussi sur Facebook
Page FAN Coaching-Montélimar (Page publique pouvant donc être consultée par tous)

Et pour ceux qui sont déjà sur Facebook,

venez vous informer, commenter, échanger, dialoguer avec nous en rejoignant Coaching-Montélimar (le groupe)

Publié le lundi 28 novembre 2011 par Christine

Commentaires

1. Le dimanche 9 février 2014, 16:12 par Alain

♦ MESSAGE D'ALAIN (dans son intégralité). reçu le 6 janvier 2012. Très intéressant…. Mais trop long ! Tout le monde n’aime pas Proust ! Je le résumerai en quelques phrases : - Je n’ai pas la liberté de changer les événements extérieurs - Par contre j’ai la liberté de mon comportement vis-à-vis de ces événements - Face à une difficulté, j’ai la possibilité d’en faire un problème ou non - De toute façon, cette difficulté ou ce problème seront le vecteur d’un changement sur le plan personnel - Et tout cela se transformera dans l’optimisme et la bonne humeur pour la bonne et simple raison c’est que si cette difficulté ou ce problème se présente à moi c’est que j’ai les ressources pour la/le résoudre !!! A bientôt, Alain (Drôme).

✍ Ma REPONSE A Alain :
Merci Alain ! Merci d'avoir pris le temps de lire ma prose.... et surtout merci d'avoir donné votre avis tant sur le fond que sur la forme ! Concernant votre synthèse, je suis bien évidemment entièrement d'accord avec vous ! Comment pourrais-je ne pas l'être ? Mais, je m'interroge... Est-ce que tout le monde est prêt à entendre de telles vérités d'une manière aussi directe ? Je n'en suis pas si sûre que vous... Pour ma part, j'ai plutôt tendance à croire que, selon à qui on s'adresse, le bon dosage ne sera pas le même... Mais, avec votre propre synthèse, chacun peut maintenant y trouver son compte !

Quant à la forme, ayant lu attentivement ce que vous avez écrit, j'en ai immédiatement tiré quelques enseignements... En effet, prenant en compte votre avis, j'ai depuis coupé le texte "La crise, un atout ?" en 3 parties ! De plus, dans la foulée, j'ai appliqué la même méthode à d'autres articles... Qu'en pensez-vous ? Christine

2. Le dimanche 9 février 2014, 16:15 par Patrick L

❚ REPONSE de Patrick L à Alain. Reçue le 6 janvier 2012. Je pense que tes 5 phrases sont ok pour les ''initiés'', mais pour les autres l'exposé s'impose au risque de choquer et que le texte se retourne contre son auteure !! à + Patrick L.