coaching-montelimar.com - le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Découvrir qui on est (2ème partie)

Bulle
TEXTE EN 5 PARTIES
(2ème partie)

↵ Pour revenir à la première partie : "La technique de l'effet miroir" cliquez ICI

Découvrir nos scénarios
La deuxième façon d'apprendre à se connaître est de se pencher sur les scénarios qu'engendrent nos croyances. Grâce à ces scénarios on découvre la vision qu'on a de soi-même et, surtout, les croyances qu'on entretient à notre sujet.

Exemple : depuis longtemps monsieur W alimente la croyance qu'il est un poids pour sa famille. En effet, depuis toujours il voit ses parents faire beaucoup d'efforts pour lui permettre de réaliser ses objectifs.
Convaincu d'être réellement une charge trop lourde pour eux, il décide un beau jour de voler de ses propres ailes et prend un appartement. Ayant postulé dans une toute petite entreprise, il est rapidement embauché. Tout va bien sauf que sa croyance, elle n'a pas changé....
De ce fait, quand au bout de quelques mois il apprend que l'entreprise est en difficulté, sa culpabilité resurgi. En effet, jusqu'à son arrivée dans l'entreprise, cette dernière était florissante. Il en déduit donc immédiatement que c'est en partie à cause de son embauche que l'entreprise se retrouve en difficulté. Il se sent d'autant plus coupable que depuis quelques semaines, leur patron se démène pour trouver de nouveaux contrats et éviter ainsi de licencier ses salariés. Persuadé d'être le salarié de trop, monsieur W décide de quitter l'entreprise pour se mettre à son compte.
Les démarches accomplies, il ouvre une petite boutique. Son savoir-faire attire rapidement la clientèle. La boutique tourne donc à plein régime. Tout va bien sauf que sa croyance, elle, n'a toujours pas changé...
En effet, monsieur W ayant fondé une famille, son épouse s'est spontanément proposée pour venir le seconder au magasin dès qu'elle le peut. Peu à peu une pensée commence à s'insinuer dans l'esprit de monsieur W : à cause de lui, sa femme n'a plus une minute à elle.... Il se sent donc de plus en plus coupable de lui imposer cette charge supplémentaire de travail ; elle qui a déjà tant à faire à la maison après sa journée de bureau... Sans même la consulter, il prend la décision de mettre la boutique en vente à la fin de l'année...

L'histoire de monsieur W montre donc comment une croyance induit sans cesse le même scénario.

La croyance de monsieur W est-elle fondée ? Pour le savoir, reprenons ensemble son parcours
Face à ses parents. S'il avait vérifié ce qu'il croyait vrai auprès d'eux il aurait découvert que, loin d'être un poids pour eux, ces derniers avaient au contraire beaucoup de plaisir de pouvoir offrir à leur fils, grâce aux fruits de leur travail, les moyens de concrétiser ses nombreux projets. Il est si talentueux !

  • Ses parents l'ont toujours soutenu dans ses projets parce que, conscients de ses talents, ils croyaient en lui et étaient fiers de l'aider.

Face à son patron. S'il avait vérifié le bien-fondé de sa croyance auprès de son patron, il aurait peut-être perçu le désarroi de ce dernier en voyant une de ses meilleures recrues le quitter justement au moment où il avait le plus besoin de tous ses effectifs pour faire face aux difficultés.

  • Le seul fait que son patron le regrette, démontre à l'évidence qu'il est un ouvrier sérieux et que ses capacités sont bien réelles. C'est donc pour lui la confirmation que ses parents voyaient juste.

Face à son épouse. Si au lieu de lui dissimuler ses craintes, il lui en avait parlé à coeur ouvert, il aurait été très vite fixé sur les véritables raisons qui l'incitaient à venir le rejoindre tous les jours à la boutique !

  • Là encore, l'assiduité de son épouse à ses côtés lui montre que c'est parce qu'il est agréable de travailler avec lui, qu'elle a tant de plaisir à le seconder.

Or, parce que monsieur W adhère à une vision qu'il croit vraie, il interprète toutes les situations au travers de sa croyance. Ce qui fait que ce qu'il croit finit par devenir SA réalité. Pour lui, il n'y a aucun doute. Il est réellement une charge pour les autres !
C'est donc quand sa compagne apprend son intention de vendre la boutique, qu'il découvre à quel point elle est triste de devoir renoncer à ce qui pour elle était un vrai plaisir : passer du temps avec lui au magasin ! Il lui apporte tellement de bonheur qu'elle a hâte de venir le retrouver dès qu'elle le peut !
Il est évident que cette déclaration d'amour est un véritable électrochoc pour un homme tel que lui puisqu'il a toujours cru être un poids pour son entourage...

C'est donc en acceptant de regarder comment on se projette dans un rôle et comment on s'y prend pour mettre en scène nos croyances, qu'on peut réaliser ce qui pose vraiment problème.
Pour monsieur W ce n'est pas lui qui est "pesant" pour l'entourage mais seulement la vision erronée qu'il a de lui-même. Cette prise de conscience le conduira non seulement à mettre un terme à ce scénario répétitif mais aussi à se voir enfin tel qu'il est vraiment : un homme dont on recherche la compagnie car véritablement apprécié de tous !

Moralité : nos scénarios peuvent donc se révéler malgré tout utiles puisque ce sont eux qui, à force de nous "pourrir" la vie, finissent par attirer notre attention et nous poussent à nous poser les bonnes questions !

Cliquez ICI pour lire la 3ème partie : UTILISER EN CONSCIENCE NOS SCÉNARIOS.

✦ Pour lire d'autres articles cliquer ICI puis rubrique "PAGE"

Noeud noir

Et pour étayer mes propos je vous invite également à écouter une vidéo de Lara Fabian (entretien enregistré au Canada) .

Séparation noire

Bande rouge Complément apporté le 9 mars 2012.
Suite à pas mal de commentaires allant dans le même sens que celui de Céline C (voir ci-dessous), je précise que ce type de scénario est beaucoup plus répandu que ce que l'on croit. Des Monsieur W il y en a partout... En effet, tout un chacun peut, à un moment ou à un autre, se retrouver dans le rôle de monsieur W et ce, sans même en avoir conscience !

  • ● tel individu qui, manquant de confiance en ses propres capacités, a sans cesse besoin d'une "béquille" pour se sentir sécurisé
  • ● tel autre qui, ayant une âme de St Bernard, est toujours prêt à secourir la veuve et l'orphelin
  • ● tel autre encore qui, convaincu d'être investi d'une mission, cherche instinctivement à diriger la vie de ses proches.
  • ● sans parler de celui qui, ayant le sentiment d'être indispensable, se chargera de régler toutes les problématiques de la maison ou même de celui qui, persuadé d'avoir raison, cherchera à imposer ses convictions aux autres, ...

(© Christine Coulon - février 2012.)
J'autorise la reproduction partielle ou intégrale de cet article exclusivement à des fins non commerciales, sous réserve qu'aucune modification ne soit apportée au texte initial et que mon nom Christine COULON ainsi que l'adresse de mon blog (http://blog.coaching-montelimar.com) figurent de façon lisible au bas de toute reproduction.

Votre avis m'intéresse !
Bande bleuPour me contacter (par e-mail) : contact@coaching-montelimar.com
Retrouvez-moi aussi sur Facebook
Page FAN Coaching-Montélimar (Page publique pouvant donc être consultée par tous)

Et pour ceux qui sont déjà sur Facebook,

venez vous informer, commenter, échanger, dialoguer avec nous en rejoignant Coaching-Montélimar (le groupe)

Publié le lundi 5 mars 2012 par Christine

Commentaires

1. Le dimanche 9 février 2014, 16:41 par Céline C (Drôme Sud).

♦ MESSAGE DE CELINE C. (Drôme Sud). Reçu le 7 3 2012

Je trouve cette deuxième partie un peu exagérée ; je me dis que, si une personne s'en veut à ce point dans tout ce qu'il entreprend, il n'a plus qu'à se suicider ainsi il ne sera plus une charge pour qui que se soit et ne fera plus de mal à personne. Et pour qu'une personne se dévalorise à ce point, je me dis que ses parents et son éducation y sont pour quelque chose ! Après je pense bien qu'il existe des gens qui voient tout en noir et pensent être une charge pour la société, mais à ce moment-là c'est : soit, ils se soignent soit, ils disparaissent aux yeux des autres qui ont assez de problèmes dans leur vie et ne veulent pas se prendre la tête avec quelqu'un d'aussi négatif. On ne peut pas avancer dans la vie si on pense comme ce Mr...

Céline C.

✍ MA REPONSE A Céline C.

Le comportement de monsieur W est malheureusement beaucoup plus courant que ce que l'on croit... mais on ne s'en rend pas forcément compte. Soit parce que ça produit parfois à plusieurs années d'intervalles, soit tout simplement parce qu'on ne fait pas soi-même le lien entre tous les événements. Des "monsieur W" il y en a donc beaucoup ! Exemples : ● combien de personnes n'arrivent pas à construire de relations amoureuses solides ? Si elles s'interrogeaient elles s'apercevraient qu'elles ont elles-mêmes très peur de s'engager. En effet, ne croyant pas à l'amour durable, elles ont peur de souffrir. De ce fait, elles n'attirent jamais à elles la bonne personne. Il y a toujours quelque chose qui, inconsciemment, les poussent à rompre rapidement... ● combien de personnes sont toujours en difficultés financières ? Si on y regarde de plus près, ces personnes estiment souvent que l'argent est fait pour être dépensé ou qu'il n'est pas fait pour elles. ● combien de personnes doivent systématiquement se justifier auprès de leurs proches ? Si elles étaient attentives, elles réaliseraient que, pour elles, prendre du bon temps est inacceptable, réussir est douteux, recevoir un privilège est injuste, penser à soi est égoïste, avoir de l'argent est méprisable, etc. ● combien de personnes souffrent d'un manque d'amour ? Si elles étaient à leur écoute, elles s'apercevraient qu'ayant une fort mauvaise image d'elles-mêmes, elles estiment qu'elles ne sont pas dignes d'être aimées. etc., etc. En tous cas merci pour ce commentaire ! Christine


2. Le dimanche 9 février 2014, 21:03 par Céline C. (Drôme Sud)

♦ REPONSE DE CELINE C. : Pour répondre à tout ça je pense qu'il y a deux cathégories de personnes :

- celles qui apprennent de leurs erreurs

- et celles qui restent continuellement dans le même schéma et qui, ne voyant pas où est le problème, répèteront sans cesse leur erreur ou, verront le problème mais continueront ainsi car quelque part elles seront rassurées par ce schéma qui se répète sans arrêt.. Je pense que pas mal de gens réagiront comme moi. A partir de là un véritable débat peut s'engager car chacun à un moment ou un autre s'est senti être un poids pour les autres ou ne pas mériter ce qui lui arrive, mais après c'est à nous de profiter de ce qui nous ait donné tant qu'on peut..... Céline C.

✍ MA REPONSE A Céline C. Comment ne pourrais-je pas être d'accord... Concernant le débat, j'espère que je recevrais d'autres commentaires tout aussi intéressants pour l'enrichir ! Merci encore ! Christine