coaching-montelimar.com - le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dieu, le vieil homme et les inondations

Pour faire suite à mon précédent article (Apprendre à recevoir) j'aimerai vous raconter une histoire qui circulait Il y a plusieurs années. C'était en octobre 1988, juste après les inondations de Montélimar et seulement quelques jours après celles de Nîmes. Cette histoire, sous une apparence légère et drôle, délivre pourtant un enseignement à méditer. Voici cette histoire :

Un jour, suite à des intempéries, des inondations sont imminentes car le barrage tout proche est sur le point de céder. Les autorités prennent donc la décision d'avertir les habitants. Et pour être sûr que personne ne puisse être en danger, monsieur le Maire dépêche une équipe de pompiers sur les lieux. Ces derniers visitent toutes les habitations puis, s'apprêtent à rentrer à la caserne lorsqu'ils réalisent qu'il y a une masure là-bas. L'habitation semble inoccupée mais, par acquis de conscience, ils vont quand même toquer à la porte. On ne sait jamais ! A leur grande surprise un vieil homme apparaît sur le seuil.
- Bonjour Monsieur. Le barrage étant sur le point de se rompre, d'une minute à l'autre toute la vallée va être inondée. Nous vous invitons à prendre juste le nécessaire et à quitter les lieux sans tarder.
Le vieil homme les regarde en souriant et leur fait cette réponse pour le moins surprenante d'une voix chevrotante :
- Merci Messieurs, mais ne vous inquiétez pas pour moi. Dieu va me sauver !
Puis, il referme la porte. Visiblement cet homme n'a pas bien saisi l'ampleur du danger. Les pompiers insistent donc mais, derrière la porte close, le vieil homme leur fait à nouveau la même réponse. Le temps presse. Ils s'éloignent donc pour continuer à prévenir les autres habitants.

Soudain ce qui était prévisible se produit et le barrage cède sous la force des eaux tumultueuses. C'est donc en barque qu'une deuxième équipe de pompiers vient chercher les habitants encore présents sur les lieux. Alors qu'ils pensent avoir visité toutes les maisons et qu'ils s'apprêtent à faire demi-tour, ils s'aperçoivent qu'il y a, là-bas, une vieille masure qui semble inhabitée. Ils hésitent un instant puis, ils se décident à aller voir quand même. On ne sait jamais, il y a peut-être quelqu'un. Ecoutant leur intuition, ils s'approchent de la maison. Arrivée à proximité, ils appellent à l'aide d'un porte voix.
- Y a-t-il quelqu'un ici ? Si oui montrez-vous ! On vient vous chercher.
A leur grande surprise, une fenêtre de l'étage s'ouvre et un vieil homme apparaît, tout sourire.
- Merci Messieurs, mais ne vous inquiétez pas pour moi. Je n'ai pas besoin de vous, Dieu va me sauver !
Les pompiers tentent en vain de le raisonner puis, pressés par le temps, ils reprennent leur tournée pour porter secours aux autres sinistrés avant qu'il ne soit trop tard.

En quelques minutes l'eau envahit toute la vallée. Impossible de se déplacer, même en barque. C'est donc à bord d'un hélicoptère qu'une troisième équipe de pompiers arrive sur les lieux. Survolant les champs inondés ils leurs semblent apercevoir, au loin, une silhouette sur un toit. Se dirigeant rapidement vers la maison, ils découvrent un vieil homme agrippé tant bien que mal à la cheminée. Déroulant une corde, ils se placent au-dessus de lui et l'exhortent à saisir la corde. A leur grande surprise, ils entendent ce dernier leur crier :
- Merci Messieurs, mais ne vous inquiétez pas pour moi. Dieu va me sauver !
Voyant bien qu'ils ne pourraient le décider à quitter sa maison, les pompiers désespérés finissent par reprendre leur ronde. Il n'y a pas de temps à perdre, d'autres habitants sont peut-être encore en danger...

Moins d'une heure après, le vieil homme arrive au Paradis. Furieux, il demande à être reçu immédiatement par Dieu le père. On le fait donc entrer dans le bureau. Il s'exclame alors :
- Tu m'as trahi ! Je t'ai fait confiance et voilà le résultat ! Moi j'avais foi en toi, j'étais sûr que tu viendrais me sauver et toi, tu n'as rien fait pour moi. Tu m'as laissé me noyer sans pitié...
Dieu le père l'écoute attentivement puis, d'une voix calme il lui dit :
- Mon fils, comment peux-tu imaginer un seul instant que ton père t'a oublié ? D'après toi, qui a guidé les pompiers vers toi pour que tu puisses être sauvé ? Trois fois je les ai aiguillés vers toi et trois fois, toi, tu as refusé de les suivre....

✦ Pour lire d'autres articles de développement personnel cliquer ICI puis rubrique "PAGE"

Votre avis m'intéresse !
Bande bleuPour me contacter cliquez ICI

Publié le lundi 20 février 2012 par Christine